Phone

05 55 60 79 37

Email

val.quinat.mk@orange.fr

Sur rendez-vous

Lun - Ven

A chaque problème… sa solution…

L'équilibre

Le sens de l’équilibre dans l’espace

Il s’agit de mettre la personne en confiance et de la “confronter” à des situations qui se rapprocheront de la vie réelle par la reproduction, de ces situations de manière artificielle en utilisant des accessoires tels que ces plots qui peuvent être installés dans une infinité de configurations pour simuler des changements de direction, des choix de trajectoires précises qui sont complexes, lorsqu’il y a un déficit neurologique, par exemple.

La proprioception

La proprioception est la perception des informations du corps de manière intériorisée. Elle met en jeu des capteurs situés au niveau des articulations. Pour la stimuler, il est possible d’utiliser des plans instables. Ici un plateau rond sur un support très instable et une poutre en mousse.

Ci-contre, une “cacahuète”. Son utilisation et ses dimensions se rapprochent de celles d’un ballon de gym classique mais elle est plus stable car ne bascule que dans un sens.

La force musculaire

La force est le domaine du muscle. Pour améliorer ses performances, l’entraînement est la seule solution. Pour cela, nous pouvons utiliser des altères ou des bâtons lestés. Les différents poids disponibles permettent de travailler en progression en fonction de l’état de la personne.

Appareil d'électrothérapieLorsque le mouvement est compliqué, car la mobilité n’est pas encore possible ou présente, l’électro-stimulation est un excellent moyen pour aider le muscle à retrouver du volume et donc sa force. Elle a l’avantage de cibler spécifiquement un muscle ou un groupe musculaire. Elle permet de faire travailler très efficacement en maîtrisant la charge et l’amplitude du mouvement. Elle est utile aussi pour « réveiller » un muscle sidéré ou pour faire ressentir la sensation de la contraction attendue lors d’un mouvement. C’est un outil rééducatif autant qu’éducatif.

La posture

C’est une composante essentielle de l’amélioration d’une situation. Une bonne rééducation qui ne serait pas accompagnée d’une bonne prise de conscience de la posture est de moindre efficacité. Cette prise de conscience est extérieure et intérieure au corps.

La perception extérieure se fait par le regard à l’aide d’un miroir ou d’une photo voire, d’une vidéo. 

Le ressenti « intérieur » est la proprioception. Il est possible d’utiliser des repères fixes et solides du corps contre une surface tels qu’un tapis de sol ou un mur. Ceci aide à percevoir l’alignement de la colonne vertébrale. Il est aussi nécessaire de faire ressortir la mobilité de cette colonne avec un repère mobile, cette fois, pour cela on peut utiliser un ballon en s’asseyant dessus, par exemple et en le faisant bouger avec le bassin dans différentes directions.

L'autonomie

Finalement avec la suppression de la douleur, s’est bien l’essentiel.

Sa définition est très variable selon la situation de la personne. Elle est très différente en fonction du stade de l’évolution d’une maladie ou du stade de la vie. Pour l’obtenir on utilise tous les outils déjà décrits.

Quand le kinésithérapeute a affaire à une personne qui vient d’être opérée d’un genou, l’autonomie, peut simplement être de lui permettre de déambuler convenablement avec des cannes anglaises. Si la personne est en fauteuil roulant, il s’agira de lui donner la force pour manier son fauteuil.

Le plus souvent, il s’agit de réapprendre les gestes de la vie quotidienne par l’exemple et l’entraînement. Dans ce cas, tout le matériel disponible sera utilisé.