Phone

05 55 60 79 37

Email

val.quinat.mk@orange.fr

Sur rendez-vous

Lun - Ven

La méthode Pilates

Qu’est-ce que le Pilates ?

Bien que la méthode se répande un peu partout, on me demande souvent ce que c’est et parfois on en a même une idée fausse.

Il s’agit tout simplement d’une méthode d’entraînement physique destinée à maintenir voire de développer le système respiratoire et musculo-squelettique au mieux de ses capacités. C’est une manière de faire des exercices ciblés sur certains groupes musculaires et articulaires avec une grande attention sur le travail autour de la colonne vertébrale et de son exact alignement. Elle est fondée sur une succession d’exercices. Lors d’une séance chaque exercice réalisé a un but spécifique et l’ordre choisi pour réaliser ces exercices permet d’optimiser au mieux la séance. Ainsi, une séance de Pilates aura permis de faire travailler la respiration, les abdominaux profonds et les muscles des 4 membres. L’objectif est de retrouver ou d’acquérir un corps tonique et harmonieux, dans tous les cas, plus fonctionnel. Sa pratique améliore significativement la posture, la souplesse et la force musculaire. J’ai choisi une approche douce mais strictement respectueuse des fondamentaux de la méthode. De ce fait, je limite les risques de blessures ou d’inconforts ainsi, à l’issue d’une séance, le corps à travaillé mais il n’y aura pas de courbatures de lendemain et l’esprit s’est relâché car occupé et centré sur un seul objectif : réaliser le mieux possible les exercices proposés.

Qui est Pilates ?

Joseph H. Pilates

La méthode Pilates porte le nom de son « inventeur » Joseph Hubertus Pilates. Né en Allemagne en 1883 et mort en 1967 à New-York, il a développé sa méthode dans un but d’agir pour la santé. Il considérait qu’être en bonne santé était le plus grand trésor de l’être humain. Il a commencé à développer la méthode que nous connaissons aujourd’hui aux alentour des années 30 à New-York. Il subsiste encore aujourd’hui un studio Pilates à l’emplacement même des origines.

Pilates a laissé quelques écrits mais sa méthode a surtout été « propagée » par son épouse, Clara et ses élèves.

A l’origine, la méthode était principalement destinée aux hommes (contexte socio culturel du début du 20esiècle, oblige). Elle a ensuite été à destination des danseurs du New York Ballet, pour finir par s’ouvrir aux stars du cinéma et de la chanson aux États-Unis puis dans le monde entier où aujourd’hui de nombreuses personnes la pratique régulièrement. Elle était destinée à ré-entrainer les danseurs blessés en leur permettant de conserver leurs capacités physiques sans risquer de nouvelles blessures. C’est sans doute l’une des raisons pour lesquelles nous l’utilisons de plus en plus en kinésithérapie.

La France est un peu en « retard » vis à vis de cette méthode car les écrits de Joseph n’ont été traduits qu’il n’y a quelques années.

Des professionnels de la santé et du sport ont adapté la méthode et les exercices pour les rendre accessibles au plus grand nombre ce qui facilite son expansion.

Ce qui rend cette méthode différente des autres, est qu’elle met l’accent sur la qualité et non sur la quantité des exercices.

Elle privilégie un enseignement en face à face, individualisé. C’est pour cette raison, qu’un cours de Pilates collectif ne devrait pas excéder 8 personnes dans l’idéal. Ce qui permet à l’enseignant de corriger la posture et de vérifier que les exercices sont bien réalisés dans les règles de l’art.

Le lien de Joseph Pilates avec la kinésithérapie devient évident lorsque l’on sait que ses motivations étaient vraiment fondées sur la santé. Son internement en Grande-Bretagne durant la 1erGuerre Mondiale l’a conduit à devenir le rééducateur de prisonniers blessés. Il a pour cela développé des machines que l’on utilise toujours aujourd’hui. Ces systèmes étaient conçus et fabriqués à partir de cadres et de ressorts de lits, notamment.

A l’heure actuelle, de plus en plus de kinésithérapeutes intègrent quotidiennement le Pilates dans leur pratique. En effet, il s’avère que cette méthode, fondée sur des observations physiologiques et biomécaniques avérée présente un grand intérêt pour les patient ainsi que de très grandes latitudes d’adaptation à chaque personne.

Dans tous les cas, la méthode s’appuie sur six principes fondamentaux.

Matwork (travail sur tapis)

Chaque exercice porte un nom qui est censé évoquer une image mentale facilitant sa compréhension. Ce nom est précisé pour chaque mouvement. Le déroulé des séances est similaire à chaque fois, avec des variantes en fonction des personnes présentes et des objectifs recherchés.

Pour le travail sur tapis (matwork) Joseph Pilates a décrit 34 exercices  De ces exercices de base découlent aujourd’hui environ 500 mouvements qui sont des préparations, la plupart du temps à l’exécution de ces mouvements de base qui sont loin d’être accessibles d’emblée au plus grand nombre.

Une séance suit une progression permettant de respecter une phase d’échauffement, une phase de travail effectif sur des zones ciblées avec augmentation de la difficulté pour finir par les exercices réputés plus difficiles, notamment sur le plan cardio-vasculaire et se termine par une phase d’étirement et de retour au calme pour permettre au pratiquant de reprendre le cours de ses activités habituelles, confortablement.

Petit matériel

Il existe une infinité de petit matériel pour pratiquer le travail sur tapis tout en se renouvelant et en variant les possibilités et les difficultés.

Pilates' Ring
Ballon paille
Bande élastique
Petite balle à picots
Roller
Ballon de Klein

Travail sur "machines"

Pilates' Spring Board

Il existe aujourd’hui des machines, soit dérivées des inventions Joseph lui-même, soit dérivées afin de les rendre moins encombrantes. Comme le Spring board qui permet un travail avec des ressorts, comme avec la machine appelée Cadillac mais d’un encombrement moindre.

Ci-dessous : le Spine Corrector qui permet varier les exercices en les rendant plus faciles ou difficiles selon, l’option choisie.

Certains studios de Pilates et ou de fitness sont équipés de ces machines assez encombrantes qui n’autorisent généralement des cours qu’à 1 à 3 personnes en même temps.